Sud Ouest, 30 Août 2013

Ride a Bar sonne la fin de la saison en musique

L’association Ride a Bar a réuni saisonniers, locaux et vacanciers mercredi soir autour du Sunset Saison Festival sur la plaine Gilbert-Moga, pour marquer la fin de saison.

Le festival a commencé vers 17 h et n’a cessé d’attirer du monde jusqu’à 2 h du matin.

Le festival a commencé vers 17 h et n’a cessé d’attirer du monde jusqu’à 2 h du matin. (photo l.w.)

Ce mercredi en fin d’après-midi, tout est prêt pour la première édition du Sunset Saison Festival, la nouvelle version de la Féria des saisonniers. La salle Bonneval commence doucement à se remplir, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Au milieu de la cour, Ital Vibes Soundsystem est aux manettes pour passer du très bon reggae. Autour, les bénévoles s’activent pour satisfaire les papilles des festivaliers. Des arômes de couscous fait maison viennent chatouiller les narines. Au bar, on sert des punchs et de la sangria concoctés avec soin par Joffrey Morand, le président de l’association Ride a Bar. Des créateurs, associations et entreprises locales tiennent quelques stands. Une initiation aux percussions brésiliennes prend place, avant un spectacle de danse puis plus tard un spectacle de feu. L’ambiance est conviviale.

Informer et s’amuser

L’intérêt de l’événement est double, comme toutes les actions de l’association pour saisonniers : informer et passer du bon temps. C’est en partenariat – entres autres – avec la Maison des saisonniers et la commission paritaire locale du bassin d’Arcachon (Cobarc) que Ride a Bar organise la soirée. Un moyen plus efficace de toucher les saisonniers et de leur apporter des informations sur leurs droits. « Ces structures ont les moyens pour mettre en place des événements, nous avons le contact avec les saisonniers », explique Joffrey Morand.

La Maison des saisonniers a donc tenu un stand dans la salle Bonneval, pour préparer les saisonniers à la saison d’hiver. Les informer des prochains rendez-vous, les 9 et 11 septembre à la MDS, pour former à la demande d’emploi et s’assurer que chacun connaît ses droits.

Jeunes locaux

L’an dernier, le festival avait attiré environ 150 personnes, cette année il y en avait au moins le double, dont la majeure partie de l’extérieur. Mais le public n’était pas uniquement composé de saisonniers. Des vacanciers et des familles étaient présents en début de soirée, remplacés plus tard dans la nuit par beaucoup de jeunes du coin. « Cet été manquait beaucoup de bonnes soirées reggae », regrettent trois adolescents du Bassin. « Ça fait du bien d’avoir un festival comme celui-ci. »

Pour Aurélien Mehaut, le vice-président, le but du festival était de « toucher un public large ». D’où le choix d’une programmation musicale diversifié, du reggae au hip-hop, en passant par la musique électronique.

Après le succès du festival, il devrait être de retour l’an prochain, avec de nouvelles surprises.

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *